Histoire;

Saint-Pierre-ès-Liens fait référence à une dédicace, également appelée « fête des chaînes du Prince des Apôtres », établie par le pape Sixte III en 439 sur le mont Esquilin en commémoration de l’emprisonnement que le roi Hérode Agrippa fit subir, à Jérusalem, à l’apôtre.

Peu de Mauriciens se rendent compte que la paroisse de Saint-Pierre-es-Liens date de la deuxième moitié du XVIII° siècle. En effet, en 1769, le district de Moka vit l’ouverture d’une chapelle provisoire, «probablement une cahute». L’année suivante, en mars 1770, la paroisse fut fondée et dédiée à Saint-Jean l’évangéliste, avec comme premier curé: l’abbé Pierre Guérin. Cependant, le dimanche 19 août 1770, à l’issue de la messe, lors de la pose de la première pierre, l’église fut bénite sous le vocable de Saint-Pierre-es-Liens – et non sous celui de Saint-Jean, comme l’était la chapelle. L’église fut construite à l’endroit même où elle se trouve actuellement.Le 23 février 1824, la petite église fut endommagée par un cyclone et fut reconstruite sur le même emplacement sous l’administration du curé d’alors: l’abbé Flageollet. L’abbé Eggermont fut nommé curé de Saint-Pierre en 1845. Il entreprit l’agrandissement de sa «pauvre» chapelle et mena à bien son projet grâce à la collaboration de ses fabriciens et de ses paroissiens.

Le 10 octobre 1853, l’abbé Eggermont posa la pierre fondamentale du clocher et de la façade. Deux bas-côtés furent ajoutés, ce qui doubla la superficie de l’église. La toiture et la tour furent achevées en 1856. Le mobilier de l’église fut renouvelé, l’autel, la chaire ainsi que les fonts baptismaux furent mis en place deux années plus tard.

Martial Noël, un fabricien, fit don d’une horloge qui vint orner la façade de l’église et le couple Victor Lesur offrit une cloche, bénite et baptisée «Perrine» par Mgr Bernard Collier, le 20 décembre 1858. Puis, il y eut l’achat d’un grand tableau de la crucifixion, œuvre d’art exécutée par un peintre belge, Vanmaddeghen.

Cyclone de 1945

Le chanoine Patrick Mc Donald succéda à l’abbé Eggermont et fut curé de Saint-Pierre pendant 22 ans. Il fit venir les Filles de Marie et construsit un beau couvent et une école. Les paroissiens le pleurèrent comme un vrai père quand il mourut subitement en 1883.

Autre grande figure ayant marqué l’histoire de la paroisse: Monsignor Richard Marie Lee, qui exerça d’abord comme vicaire pendant quelques années, ensuite comme curé pendant trente-deux ans. Sous son administration, la chapelle de Moka, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, fut construite en 1912 et le presbytère de St-Pierre fut entièrement restauré. C’est Mgr Lee qui introduisit les sœurs de Lorette à St-Pierre.

Lors du passage du terrible cyclone de 1945, l’église de Saint-Pierre fut sévèrement endommagée et dut subir d’importantes réparations et put, par la suite, résister aux violents cyclones du début des années 60, tels Alix, Béryl, Carol…Mais en 1965, des signes de décrépitude furent notés: le comble avait cédé en deux endroits, des planches pourries s’étaient écrasées dans la grande nef… pendant la nuit (heureusement !). Le père Guy Le Juge de Segrais (curé de St-Pierre de 1952 à 1967) et la Fabrique eurent recours à un ingénieur: impossible de se contenter d’une simple réparation de la toiture. De gros travaux furent, donc, entrepris et l’église fut aussi agrandie, car elle était devenue trop petite.

Les dépenses, estimées dans un premier temps à Rs 55 000, atteignirent la somme de Rs 100 000 (en 1966). L’église fut fermée pendant la construction, qui dura dix mois, et c’est dans la chapelle du couvent de Lorette que les paroissiens célébrèrent l’eucharistie. Les travaux achevés, l’église de Saint-Pierre, rénovée, fut inaugurée le 29 juin 1966.

Eglise restaurée

Quarante ans se sont écoulés et l’église vient d’être l’objet d’une autre importante rénovation, au coût total de Rs 1,5 million: la toiture ayant pris un petit coup de vieux, plusieurs feuilles de tôle ont dû être renouvelées ainsi que toutes les gouttières. Tous les joints d’étanchéité ont aussi été refaits. Les fenêtres ont été remplacées par d’autres en encadrement PVC. Les volets en bois ont été restaurés; l’église a été entièrement repeinte. Toute la boiserie du sanctuaire ainsi que le fer forgé de la Sainte-Table ont été remis en état. Les socles des statues de St Pierre et de St Joseph ont été surélevés. Les fidèles remarqueront, à coup sûr, bien d’autres importantes réparations qui ont été effectuées, la liste est bien trop longue pour les énumérer toutes.

Cette rénovation a pu être effectuée grâce à la contribution des paroissiens à travers l’autofinancement. Des paroissiens si fiers et heureux de se retrouver, à chaque messe, dans cette belle église fraîchement restaurée.

Les paroissiens tiennent à remercier les membres de la Fabrique et le père Patrick Murphy, curé de la paroisse depuis 2003, et plus particulièrement le petit comité institué pour l’occasion et constitué de Guy Hugnin, Georges Rouillard, Philippe du Mée et Gaëtan Paya qui ont supervisé les travaux. Un grand merci également à tous ceux qui ont contribué, d’une façon ou d’une autre, à faire de cette église ce qu’elle est aujourd’hui.

#saintpierre,#St.pierre, #mauritius, #churchesofMauritius, #oliviermphotography

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *