Histoire;

Situé au centre de l’île, dans le district de Moka, se trouve Quartier-Militaire. Lieu de passage pour se rendre dans l’Est ou vice-versa, cette région connaît un va-et-vient constant. C’est là que se situe la paroisse St-Léon, très connue pour son sanctuaire à Notre Dame de Velankanni. Zoom…
Quartier-Militaire, une région au coeur de l’île et qui compte un peu plus de 30 000 habitants. Connu pour son climat relativement frais et nuageux, Quartier-Militaire est aussi réputé pour son stade de football et possède de nombreux commerces.C’est là qu’est né Ti frer (Jean Alphonse Ravaton) en avril 1900. Grand chanteur de sega typique connu comme « le roi du sega mauricien ». C’est un village calme où les gens se côtoient, s’entendent et s’entraident facilement.Plus loin, sur la route principale du quartier, se trouve la paroisse Saint-Léon qui date de 1905 et a pour curé le père Dorai Raj depuis 2008. Les différents lieux de culte sont l’église Saint-Léon à Quartier-Militaire et les chapelles Saint-Joseph à Montagne-Blanche, Saint-Sébastien à l’Espérance et Sainte-Jeanne-D’Arc à Alma.Là-bas, la fête patronale de chaque lieu de culte est célébrée avec ferveur et voit une grande mobilisation et participation de tous les paroissiens. « Ce sont des occasions qui nous permettent de venir ensemble pour montrer notre unité et vivre ensemble notre mission », précise le père Dorai Raj.Avant ces fêtes patronales, il y a d’abord trois jours de neuvaine avec un enseignement spécial, principalement pour les habitants de la région. Une procession est organisée dans le village, suivie d’une messe solennelle d’action de grâces.

Ainsi, au mois de janvier, on célèbre la fête de saint Sébastien à l’Espérance, au début de mai à Saint-Joseph, la fin de mai à Alma et à St-Léon en novembre.

Le père Dorai Raj, prêtre d’origine indienne et basé à la paroisse de St Léon est derrière ce phénomène. Il ne s’attendait pas à une telle réaction des Mauriciens, mais d’emblée, il avance que c’est Notre Dame de Velankanni elle-même qui en a voulu ainsi.
Au cours d’une messe célébrée à Saint Sébastien, L’Espérance, le père Dorai Raj tombe sur une photo de Notre Dame de Velankanni. Et en interrogeant ses fidèles il découvre que ceux-ci ne connaissent pas son histoire. « Leurs ancêtres priaient Notre Dame de Velankanni et ils ont continué cette pratique sans en connaître l’histoire. Lors d’un voyage en Inde, j’ai décidé d’en rapporter une statue et nous avons construit la grotte ici depuis septembre 2010. » Il faut dire que c’est surtout au sein de la communauté indo-catholique que le phénomène a commencé à prendre de l’ampleur, avant de s’étendre à toutes les religions.

Relatant l’histoire de Notre Dame de Velankanni, le père Dorai Raj avance que cela s’est passé au 17e siècle en Inde. « Un jeune garçon allait livrer du lait à un grand patron du village. Après s’être endormi près d’une rivière, il est réveillé par une grande lumière. Il voit ainsi une belle dame tenant un enfant dans sa main, lui demandant du lait à boire. Sans hésiter, il lui en donne. » Une fois chez le patron, il se fait gronder car il manque du lait dans le récipient. Le jeune garçon raconta alors sa vision mais personne ne le crut. Mais au même moment, le lait commence à déborder du récipient. Le patron qui était très sévère, changea son cœur depuis ce jour et fit construire une chapelle en paille à Notre Dame de Velankanni.

Deux autres apparitions de la Vierge sont attribuées à cette même région. La deuxième à un enfant handicapé qui fut guéri. Et la troisième, au capitaine d’un bateau en détresse, qui fit construire une église en Inde dédiée à Notre Dame de Velankanni. Elle y est encore.
Depuis la deuxième apparition, Notre Dame de Velankanni est aussi surnommée Notre Dame de la Santé.
Le père Labour souligne que c’est Mgr Piat lui-même qui a procédé à la bénédiction de la grotte à Quartier-Militaire.

#mauritius #saintleon #quartiermilitaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *